12/01/2018

La peur du deuil

L’autre jour nous parlions Gwenaël et moi, et il s’amusait du fait qu’il ne parlait plus de ses relations amoureuses, parce que tout va bien. Il est coutume de dire que les gens heureux n’ont pas d’Histoire.
Souvenirs d’heures de confidences, de souffrance.

Quand tout va mal nous parlons, nous analysons, nous décortiquons. Nous avons besoin de parler, nous cherchons des réponses. Nous rêvons d’être rassuré, que l’ami voit des signes que l’on a pas vu.
Je mesure la souffrance, je vois la réponse probablement évidente pour l’ami qui écoute : l’autre ne t’aime pas.

Mais bien sûr c’est facile à dire, facile à écrire après coup.

La difficulté n’est pas tant d’admettre l’évidence que d’accepter de commencer à faire le deuil.
Je crois que le refus de faire le deuil peut être plus fort encore que la peur de souffrir, ou le déni.

Bien sûr il est aisé d’être dans le déni quand on est amoureux, même un amoureux malheureux. Nous ne voyons pas, nous ne voulons pas voir, nous sommes aveugles.

Le deuil c’est la mort. La mort de l’autre certes, mais aussi la mort de la relation. Accepter de faire le deuil de l’autre, c’est aussi rayer l’autre de sa vie.

Pas surprenant que l’on se laisse piéger par de belles paroles “ restons amis ”. Oui tout et n’importe quoi pour ne pas rayer l’autre de la carte !
De belles paroles alors que l’autre en face n’a aucune intention d’être un ami, en est-il capable du reste ? Vous le connaissez assez pour connaître ses absences et son inconstance !
On ne reste pas amis, on le devient. L’amour meurt sans héritier.

Nous nous demandons si un jour nous pourrons détruire les lettres et les photos de cet amour de jeunesse.

Nous voudrions presque retenir le peu de sentiments qu’il reste de notre amour.
Imaginer qu’un jour mon premier amour tombe dans le gouffre abyssal de mon indifférence ? Impossible !
Nous avons presque peur que ce jour arrive.

Car le deuil c’est la mort. Pas seulement la mort de l’autre, mais la mort de personne que nous étions.
Comment moi qui ait tant aimé, je ne ressentirai plus rien ? Mais qui suis-je donc ?

Jusqu’au jour où des années après lorsque la tempête en mer est devenue un lac calme, vous vous retrouvez en face de l’autre que vous avez adulé, incapable de vous intéresser à ses paroles. Vous vous retrouvez à vous demander ce que vous faites là et pourquoi vous avec accepté de revoir l’autre.

Ce deuil impossible, ce deuil impossible même à envisager, vous l’avez fait !

10/01/2018

Vie sociale

Mais cela ne vous surprendra pas, ce n’est pas le sujet que je voulais aborder, j’y viens, j’y viens ! Quand on travaille on a une vie sociale. Une phrase que vous entendez même si vous n’êtes pas proche de la retraite. Ceux qui ont connu le chômage, même si ils sont jeunes finissent toujours par  […]

Lire la suite

Quille et...

La quille (plus jolie que retraite) est un sujet qui revient souvent dans les conversations, ce qui prouve que je n’ai plus 20 ans. Cela dit 20 ans je m’en moque, je n’ai aucune envie de refaire le chemin à l’envers. C’est une chose à laquelle je n’ai pas pensé pendant des années, non pas que  […]

Lire la suite

04/01/2018

Gagne petit

gagne_petit.jpg

Réédition du 31 mars 2015 ***************************** Gagne petit ! J’adore cette expression inusité aujourd’hui. Il y avait même à Petite Colline une mercerie qui s’appelait Au Gagne Petit, je ne savais pas ce que ça voulait dire, mais je trouvais ça joli. J’y pense quelquefois, je me dis : Nous  […]

Lire la suite

Un petit billet

Il m’arrive en me relisant de tomber sur un petit billet que j’ai bien envie de ré-éditer. Il m’a fallu des années pour ” ré-éditer ” je trouvais que c’était un peu triché et un peu prétentieux. En plus j’ai ma méthode je ne re-publie pas un billet déjà publié avec ses commentaires de l’époque. Je  […]

Lire la suite

31/12/2017

Bonne année 2018

- page 1 de 293