06/07/2019

Voilà l'été

Le mois de juin a été épuisant. Entre le stress des répétitions de théâtre, la canicule, des séances de kiné dont je me serais bien passée (chaleur, efforts pour réveiller des muscles endormis), et les préparatifs de l’ouverture de la Sauvageonne.
Le Mois Molière dont je vous ai déjà parlé, avec toutes ces représentations gratuites et variées, je suis comme une enfant qu’on emmène à Disneyland et qui ne sait plus où aller tellement le choix est grand. Et bien sûr quelques sorties avec mes potes, chacun sait qu’il y a une urgence inconsciente à se voir au mois de juin avant les vacances. Même si Gwenaël a une chérie en ce moment, il se rend compte que finalemant il faut se garder des jours de célibataire, et j’arrive à le voir quand même. 

Le spectacle de théâtre s’est bien passé malgré le stress. Nous avons des petits nouveaux super dynamiques. Dans une des scénettes, j’étais la mère d’un fiston de 30 ans, et l’épouse d’un mari de 29 ans. Apparemment le public n’y a vu que du feu !
À la fin au pot amical, j’ai eu des tas de compliments, et mardi en attendant le train un monsieur est venu me féliciter ! C’est la gloire ! 
C’est la fin pour moi de cet atelier découverte qui dure trois ans. Trois ans d’un mélange impro et théâtre, et j’avais décidé l’an dernier que l’impro ce n’est pas pour moi. En septembre je rejoins un autre atelier théâtre où j’apprendrais d’autres techniques, et j’aurais le plaisir de retrouver une amie de l’atelier qui a fait les trois ans avec moi. J’ai essayé de convaincre les autres de me suivre, mais sans succès. 
Je suis contente d’avoir déjà prévu mes activités de rentrée. Il me reste la danse et peut-être une idée de cours mais assez loin de chez moi. 

Le lendemain à l’aube, nous avons pris la route, Cédric, Martine et moi pour la Sauvageonne. Cédric épuisé par une dure semaine m’a laissé conduire toute la route. C’était encore la canicule et il y a eu du monde sur la route au début. Je savais que mes filles étaient déjà à la Sauvageonne. En effet mes deux filles étaient déjà là, c’est toujours un plaisir d’arriver et que la lourde porte soit déjà ouverte !  Toute la colline a été tondue par Jérémy qui a acheté un tracteur. Mes deux fillles étaient en pleine forme, complices et gaies. J’ai eu la surprise de trouver dans une des granges un chien qui n’a même pas aboyé en me voyant. Le nouveau bébé d’Athéna qu’elle a appelé Rocky, car alle adore Stallone. Il aura la même taille adulte que son ancien bébé, mais visiblement il a déjà un caractère de pépère tranquille, Martine n’a même pas eu peur. 

Arprès les retrouvailles, le déchargement de la voiture, nous avons mangé vite fait une salade préparée par mes filles. Ensuite Cédric a voulu aller à Petite-Ville-du-Sud acheter un frigo car celui de la cave a rendu l’âme l’an dernier. Je n’étais pas très motivée vu la chaleur, et vu que mon frère respecte la limitation (80km/h) et qu’il ne sait pas se servir de sa clim.  J’ai enfin réussi à la régler en route. J’avais fait tout le voyage en cuisant au soleil, faute de bonne orientation de la clim ! 
Les aléas de l’électronique ! Au moins ma vieille break, c’est un bouton qui se tourne. 
L’achat a été rapide, après avoir déposé le frigo à la Sauvageonne, Cédric a voulu aller au café du Centre. Mes filles à la pisicine, avait fait une super déco avec des vieux draps et les meubles de bric et de broc. Au café du centre il n’y avait personne, les gens du Sud reste à l’abri quand c’est la canicule. Nous en avons profité pour réserver la table pour le soir, c’est la tradition de manger au café du centre en arrivant.
De retour à la Sauvageonne Jérémy était arrivé, il a regardé le frigo et vu quels aménagements faire à la cave. Couper une étagère, changer la prise de courant. 
Ensuite Cédric a emmené Martine au Shopi faire les courses. Je suis allée à la piscine avec mes filles, j’étais épuisée. 

Vers 17 h la maison avait retrouvé son apparence d’été. La grande table devant, les volets ouverts, les lits faits 
Nous sommes allés manger au café du centre puis nous sommes rentrés. Martine s’est couché et nous avons papoté dehors. Il y a même eu un peu de pluie, ça faisait du bien. Athéna et moi nous sommes couchées à minuit, à 4 h 15 je me suis levée, Artémis, Jérémy et Cédric parlaient encore. 

Le dimanche Athéna est partie de bonne heure, elle avait hâte de retrouver son mari (ça fait drôle ma fille est mariée maintenant) et d’installer son chien chez elle. En effet elle était allée le chercher vendredi dans un département limitrophe en venant à la Sauvageonne. Je suis allée au marché de Petite Colline avec Artémis, mais j’étais trop fatiguée pour en profiter. 

Le dimanche s’est passé au calme avec un soleil moyen, c’était reposant. En fin d’après midi , Cédric et Jérémy ont bricolé dans la cave pour installer le frigo, Martine était ravie. 

Le lundi j’ai repris la route avec mon frère. Martine doit rester seule un peu, mais Artémis et Jérémy ne sont pas loins et passent souvent. 

Maintenant comme tous les mois de juillet, je suis un peu en transit. J’ai hâte d’y retourner, j’y retourne quelques jours pour le 14 juiillet, avant mes vraies vacances à la fin du mois. Et même si j’ai prévu de faire des choses ici en attendant de partir, je n’en ai pas vraiment envie. Je suis déjà là bas dans ma tête. Les sorties ici ne me tentent pas ou très peu. 

Conclusion, mon blog va être en vacances aussi. À part une ou deux photos peut-être.

22/06/2019

J'ai un beau métier

Je suis plombier bié bié bié bié, j’ai un beau métier Je fais mon turbin bin bin bin bin dans les salles de bain.   Vous connaissez sûrement cette chanson de Pierre Perret ? Bon j’avoue, je n’ai retenu que le refrain ! Quand Artémis était plus jeune, elle disait qu’elle voulait se marier avec ” un  […]

Lire la suite

20/06/2019

Vêtements donnés

Réédition du 25 octobre 2008… Ça ne nous rajeunit pas ! ****** Il y a les vêtements que l’on choisit, ceux pour qui on a le coup de foudre, ou ceux qui nous déçoivent une fois chez nous, sur nous. Et puis il y a les vêtements donnés. Cette chemise de mon frère que j’ai toujours eu du mal à  […]

Lire la suite

15/06/2019

Lait de vache

L’autre jour, j’ai vu cette publicité où un type tombe en panne d’essence sur une route de campagne. Il est dépanné par un éleveur de bovins qui passe plus de temps à lui parler de ses vaches qu’à chercher le jerrican d’essence. Du coup le touriste file à la boucherie de je ne sais quelle enseigne  […]

Lire la suite

09/06/2019

Paris treizième

Près de la bibliothèque François Mitterand, un nouveau quarrtier, des tours que j’ai vu sortir de terre. Je passe à côté tous les jours, ou plutôt en bas, la rue que l’on voit sur la troisième photo. Récemment je suis montée sur la dalle et j’ai aimé découvrir tous ces arbres. Aujourd’hui  […]

Lire la suite

29/05/2019

Le stylo

Dans mes jeunes années j’ai eu un collègue de bureau un peu particulier. Appelons-le Honoré. Je n’étais pas la seule à le trouver particulier, nous étions plusieurs à le cotoyer tous le jours et il nous racontait beaucoup de détails de sa vie. C’était un grand dégingandé, sec et nerveux, avec des  […]

Lire la suite

- page 1 de 309