Ce n’est pas facile ces moments. Même si je crois dormir la nuit, la tension nerveuse est intense. Le soir je rentre pour prendre la voiture et partir à l’hôpital. Quand je rentre, je mange vite fait n’importe quoi, j’essaye de regarder une série ou de lire quelques lignes et je m’écroule.

Nous continuons à communiquer par sms les premiers qui sont à l’hôpital écrivent aux autres. Dans la “chaîne” de sms envoyés à mes soeurs, mon frère, mes filles, se sont ajoutés mes nièces Marine et Jolinette qui me bombardaient de questions, j’ignore pourquoi eles préfèrent me poser des questions à moi qu’à leur propre mère.

Aujourd’hui j’ai pris mon après midi pour aller voir Martine et me reposer un peu.

Je suis arrivée seule au début de l’après midi. Ma maman m’a enfin reconnue et a essayé de me sourire malgré les “tuyaux” partout. Elle répond de la tête et est plus présente. Mes soeurs sont arrivées, nous étions contentes qu’elles comprenne enfin ce qu’on lui dit, qu’elle nous voit enfin.

Il y a encore des examens à passer, mais ça ne devrait plus être très long avant qu’on la mette enfin dans une chambre normale.

Mariane et  Cédric m’ont invité à manger ce soir chez eux.
J’ai du déjà le dire, je suis proche de Servane, et même si nous restons une famille soudée, jamais Cédric ou Camomille ne pensent à m’inviter, comme ça sans raison spéciale, sans fête de famille, juste parce que je suis seule.

Il faut des moments comme ça pour que les gens réalisent que c’est peut-être plus dur pour moi car je n’ai pas de conjoint. Je ne sais pas si ça durera, mais bon profitons de ces bonnes dispositions.

Je recommence à avoir des idées de billet sun peu plus gais.