miettes.jpg

Je les appelle les ramasse-miettes.

Souvenez-vous j’ai raconté l’histoire de ce collègue, je ne sais plus dans quel contexte, je vous résume.
RM travaille dans un bureau de 4 personnes, un autre collègue passe dire bonjour et raconte une histoire, ou donne une info, ou donne son opinion sur telle ou telle chose.

Peu de temps après, voire dans la même journée, RM répète le même discours aux personnes qui travaillent avec lui.
- Tu ne vas pas me refaire le discours de X tout à l’heure ? Lui dis-je 
- Ah bon tu étais là ! S’exclame RM même pas gêné d’être ridicule !

Et les ramasse-miettes sont légion ! Mais j’ai une mémoire d’éléphant. Les ramasse-miettes je les repère vite !

Ils glanent de ci, de là, un mot, une phrase, une idée, une opinion sans doute pour pallier leur inculture ou leur manque de curiosité intellectuelle.
Ils ont ramassé des miettes mais ne les jettent pas, ils vont les resservir à la place du pain, plus utile et plus conséquent.

Bien sûr pour repérer les ramasse-miettes il faut les voir plus d’une fois ! Avoir l’occasion de les rencontrer au moins deux fois, à moins qu’ils ne soient même pas assez futés pour attendre, comme RM et ré-utilisent les miettes dans la même journée !

Mon collègue actuel pourrait ne pas se faire griller, c’est le midi qu’il entend des choses qu’il me répète l’après-midi. Mais c’est facile de deviner qu’est-ce qui vient de lui et quelles sont les miettes ramassées !

Des collègues ? Bien sûr vivier idéal que le travail où l’on fréquente tous les jours des gens qu’on a pas forcément choisi ! Mais ça peut-être des relations, des connaissances, ou quelqu’un de la famille.

Ce sont aussi des gens qui ont une réponse du Trivial Poursuit mais n’en savent pas plus : oui c’est Machin qui a écrit ce livre. Qui est Machin, qu’est ce qu’il a écrit d’autres ? Ils n’en savent rien, une miette je vous dis !

Il y a différent degrés dans les ramasse-miettes. Ceux qui y mettent un minimum de conviction, du coup leur discours peut passer pour “personnel”, et ceux qui n’ont pas deux sous de jugeote et vous sortent un bout de phrase, un bout d’info où il manque l’essentiel.
Ceux là ont un problème un peu plus grave,il faut réutiliser la miette à tout prix, même hors contexte !

Vous brûlez d’envie d’avoir un exemple ? Je le sens !

Bon je vais choisir le contexte bureau, pour changer.

Nous avons un sérieux problème avec le cuiseur de chou fleur, dont la poignée blanche affiche des messages incongrus qui ne nous concernent pas, RM et moi. Vient à passer le grand manitou des cuiseurs à qui nous posons la question.
Il nous dit : oui sur la poignée blanche, ces messages viennent d’Internet, on ne sait pas trop comment, on essaye de résoudre le problème, internet on ne peut rien changer, vous ne pouvez rien changer, mais internet on ne peut rien changer, laissez tomber pour le moment, internet on ne peut rien changer…

j’ai bien insisté sur une phrase, vous avez remarqué j’espère…

Plus tard vient à passer M. Textedeuloi pour nous dire qu’il a un problème avec le bordereau XYZ qui n’est plus le même modèle qu’avant, il parle, il parle et du coup RM tout content lui dit : internet on ne peut rien changer !

Bref, vous avez compris, ce RM là ne se soucie pas du tout que sa miette n’aie aucun rapport avec la choucroute comme dirait Martine ! 

Ça c’était pour les degrés, mais les miettes peuvent aussi se ramasser partout.

Je me souviens de cet homme qui tous les jours parlait de ce qu’il avait vu la veille à la télé. Non pas du tout le magnifique film de X, ni le super reportage sur Y, non juste les infos en 15 minutes.

Je n’ai rien contre les infos en quelques minutes de la fameuse chaîne, j’en ai parlé dans le billet “surinformée”, je n’ai rien contre, mais je l’ai dit je zappe dès que ça ne m’intéresse plus…

Comme ces brèves rigolotes mais sans plus.
Si on me dit qu’un homme a gagné le concours de celui qui crache le plus loin, ou qu’on a cousu la plus large jupe du monde ou écrit un livre sur les bruits du postérieur…
Euh… Soit je m’en cogne, soit c’est rigolo mais je m’en cogne quand même.
Soit cela a éveillé en moi un intérêt, auquel cas je vais aussitôt essayer d’en savoir plus ! Et lire le résumé du livre, le commander etc.

Le ramasse miettes lui, le lendemain raconte tout content à ses collègues (encore) qu’un homme a gagné le concours de celui qui crache le plus loin, qu’un livre est sorti. Sauf que tout le monde le sait. Mais c’est tout ce qu’il a trouvé à dire et il se croit drôle ou intéressant.

Au début j’essayais de savoir, d’aller au delà de cette culture Meuh-Six, car j’avais du mal à croire. Vraiment que ça ? Rien de plus profond ? Juste des miettes ramassées le soir devant le poste ? 

Ramasser les miettes à la télé est bien plus facile que de ramasser celles des autres, encore faut-il ne pas choisir une chaîne trop populaire pour ne pas être grillé ! Ceux là sont des pros de ” l’air du temps “.

Mais pourquoi ne faudrait-il ne s’intéresser qu’à “ce qu’on dit dans le poste en ce moment” bon sang ?

Je lis un livre qui m’en rappelle un autre. Une date, une anecdote me rappelle un auteur, ou un événement historique, ou titille ma curiosité sur un pays donné et je vais m’y intéresser pendant un certain temps : lire, chercher des photos…

Non là c’est de l’immédiat, du vite ramassé, vite utilisé, vite digéré et à demain pour les news du jour !

J’ai connu aussi les ramasse miettes zen-attitude : sais-tu que ton lit doit être orienté au Nord ?
Ceux là ne ramassent que les miettes zen, il y a aussi les miettes écolo.

Perso je m’en cogne que mon lit soit au Nord ou au Sud, le sujet ne m’intéresse pas. Mais si il y a des gens que le sujet passionne et qui sont capable de m’en parler avec passion, je vais les écouter tout comme j’écoute tous les gens passionnés !

C’est peut-être là où le bât blesse : le ramasse miette n’a pas de passion, pas de convictions, il a juste ramassé les miettes.

Et ramasser les miettes ne demande pas un grand talent !