Je suis une amoureuse des maisons et aussi des meubles, de la décoration intérieure. Je passe volontiers plus de temps dans les magasins de meubles et décoration que dans les magasins de mode. Je vous rassure je suis habillée tout de même et j’aime les robes rouges.

Tout naturellement j’ai zappé sur les émissions de déco, même si je sais qu’elles sont sponsorisées par Phigi, et que l’on vous invite à claquer des sous même si vous comptez vendre.

Je dis bien ” zapper ” car c’est impossible de regarder jusqu’au bout.

Hors du moderne, point de salut. Du carré, du suédois, de l’impersonnel. On ne demande pas aux principaux intéressés ce qu’ils aiment. À la rigueur on leur demande leur code couleur, et si ils ont des goûts dans la tendance, on en tiendra compte. La petite fille a le droit de vouloir une chambre de princesse, la décoratrice s’en donnera à cœur joie avec des licornes et du rose Barbie.

On consent à garder la table de style héritée de la grand-mère, mais on l’entoure de chaises modernes  : ” on peut avoir du classique, mais une seule pièce ! “  dit la décoratrice avec autorité.

Tous les intérieurs sont transformés en appartement témoin. Une étagère pour deux paires de chaussures, une penderie pour deux vestes, tout ça pour une famille de quatre. Des petits fauteuils pas trop encombrants quand on sait que la famille va s’écrouler dans un grand canapé pour le film du dimanche soir. Pas de rangements, rien ne traîne un appartement témoin ce ,n’est pas prévu pour y vivre.

La cuisine avec table bar et tabourets hauts. Un jour nous étions en week-end en location Martine n’a pas pu manger à la table, impossible de se hisser sur les tabourets de bar. Nous avons du déplacer une petite table console pour qu’elle mange à une hauteur normale.

Je suis vieille école ! Un tabouret de bar c’est rigolo dans un bar, mais je suis petite. Et puis une fois assis vous faites quoi la plupart du temps ? Vous éloignez ou rapprochez la chaise de la table. Comment faire quand les pieds ne touchent pas par terre ?
Cela fait mourir de rire mes filles à qui je demande de me rapprocher quand nous sommes dans un restaurant avec tables hautes.
Vous dîtes ? Non je ne suis pas vieille, j’étais déjà comme ça à 20 ans. Mais je m’égare !

Le bureau avec tréteaux et plateau en verre et fauteuil à roulettes me fait penser à celui de mon médecin. Celui de beaucoup de médecins d’ailleurs.

Et aucun tableau au mur, ça doit être un sacrilège, ni aucune plante verte. Certains candidats osent dire mollement qu’ils n’aiment pas, ou alors ils le disent hors antenne, ce sera coupé au montage.

Bien sûr il faut faire de la pub à Phigi. Si ce n’est lui c’est donc son frère, il a une grande famille, Artémis a eu un de ses frères comme chef et je vois ce nom dans des dossiers au bureau du Nord au Sud. J’aime bien ce magasin pour les gadgets, vaisselle ou pour me balader. Et j’ai déjà dit du bien du château fluo. Je n’ai rien contre Phigi, mais une émission sponsorisée ne peut pas être sincère.

Bref comme dirait Martine, vous l’aurez compris je n’aime pas le moderne. Le moderne c’est froid. J’aime les vrais meubles, j’aime les vrais tableaux au mur. Quand je vois des murs tout blancs, je me demande toujours pourquoi il n’y a rien. J’ai envie d’accrocher des tableaux. C’est comme une maison sans livres, il manque quelque chose. Jérémy s’est moqué de moi car à peine avais-je la clé de mon nouvel appartement que j’ai accroché mes tableaux. Je suis une championne du crochet X, et puis il faut être logique : ils sont par terre et ils gênent, ils sont mieux au mur.

Ne pas aimer le moderne ne veut pas dire que je veux le mobilier du château de Versailles. Je trouve très joli le style château mais pas pour y vivre au quotidien. Mon style c’est un mélange de classique et de colonial. Classique car j’ai gardé les meubles de mon père et colonial parce que c’est moi. Ne pas confondre colonial avec exotique.

Est-ce héréditaire ? Hérite t-on des goûts de ses parents ? Ou au contraire s’oppose t-on au décor que l’on a connu enfant ?

Eugène adorait chiner et adorait les antiquités, les tableaux, les bibelots. C’était presque un musée mais c’était aussi surchargé. Martine aime le surchargé et met des tapis partout. Y compris à la Sauvageonne, un tapis dans une maison de campagne c’est un nid à poussière.

Donc non si j’ai gardé certaines choses dans mes goûts, je n’aime ni le surchargé ni les vieilleries, ni trop de bibelots et surout pas les tapis.
Pour les rêves je voudrais avoir au moins trois chambres pour les décorer chacune dans un thème.

Côté tribu Servane n’aime que le classique, elle aussia  récupéré des meubles de nos parents. C’est la seule avec qui nous avons discutté pour les tableaux. Non, nous ne nous sommes pas disputées, mais nous aimions les mêmes. Heureusement pour moi Jean-Louis l’ancien mari de Servane n’aimait pas le grand tableau de Rouen. Donc il est à moi, Hihi !

Cédric aime le classique et les mélange avec des meubles rustiques bretons. Marianne est bretonne.

Seule Camomille aime le moderne, le très moderne. Je pense que son mari Luc y est pour beaucoup. Au mur des œuvres d’art moderne. Ce ne sont pas mes goûts, mais je trouve ça bien d’acheter de vraies œuvre d’art, d’encourager les jeunes artistes. C’est mieux que le classique poster des taxis de New York.

Et mes filles ? En passant j’ai remarqué que les garçons ne sont pas très déco. J’ai connu plus d’un célibataire avec un clic clac et un mur blanc dont le décor a changé du tout au tout quand une jeune demoiselle s’est installée. La déco c’est plus féminin. Les hommes que je connais qui aiment le mobilier sont souvent des passionnés des antiquités ou du bricolage.

Athéna aime le style ” indus ” ou atelier. Je ne suis pas une grande fan des meubles en métal, mais Athéna et Jim sont des artistes et adorent chiner. Athéna peint et scuplte, Jim sait tout faire. Chez eux c’est décoré avec beaucoup de goût. Jim a restauré une moto des années 50 qui trône dans le salon. Jim a transformé un ancien établi en console, un meuble de machine à coudre en coiffeuse. Toujours du bois et métal.  Athéna invente des murs moitié papier peint, moitié peinture. Au mur les œuvres d’Athéna ou des photos de photographe célèbres (Gilsoub et mon ancien voisin). Bref ce n’est pas la maison de tout le monde.

Artémis n’aime que le rustique campagnard. Cela tombe plutôt bien avec un amoureux qui a grandi à Petite Colline et aime la pêche et la chasse. Buffet, table et chaises solides, cela surprend parfois les amis de leur âge, mais comme leur maison est aussi rustique, tout est assorti. Le poële à bois, les pourtres apparentes. Au mur un grand tableau du pont à trois tours de Petite Ville du Sud peint par Athéna.
Le rustique a un côté très confortable et rassurant.

La décoration reflète la personnaltié des habitants. Ou le manque de personnalité, Ouh la vilaine !

La maturité devrait nous calmer, nous apaiser. Cela ne doit pas fonctionner pour moi. Je n’ai jamais aimé faire comme tout le monde.

Je déteste les discours norminatifs, je déteste les sermons et les diktats. Ces émissions, qu’elles concernent la déco, la mode, le maquillage, ce sont des diktats. Imaginez un peu comment nous réagirions si c’était un gourou, le représentant d’une religion quelle qu’elle soit qui nous disait la même chose !

Inutile de me dire qu’il faut faire un mois sans mojito, un jour sans pain, ou un année sans danse…
Voilà c’était pour finir sur un mini coup de g*uele hors sujet !