potache.JPG
 

Je n’ai jamais aimé les potaches. Ce n’est pas une question d’âge. Jeune, je ne les aimais pas non plus !

Mais quand je parle de potache, je ne parle pas des blagues débiles genre bombes à eau, coussin péteur and co.

Non moi ceux qui m’énervent, c’est ceux qui font des blagues débiles dès qu’ils voient une fille, comme s’ils n’en avaient jamais vue, ou qu’ils l’entourent comme une proie à ” lever ” avec autant de délicatesse qu’un éléphant dans un magasin de porcelaine.

Qu’un Q vienne à passer, et les voilà tous à faire des commentaires sur la carosserie, tout en ajoutant une petite réflexion du style ” moi c’est quand je veux “. C’est sûr elle n’attend qu’eux !

Si les potaches et autre bidasses (hé oui j’en ai croisé un paquet dans les trains grande lignes, le service militaire existait encore) se contentaient de faire leur blagues salaces entre eux !
Mais non seulement ils vous abordent directement en vous traitant de coincée si vous n’êtes pas intéressées, ou font des commentaires bien fort alors que vous venez de tourner le dos.

Pire certains parlent devant leur copines des mérites de la bombe de la classe. Sinon comment je le saurais ?
C’est le rêve à l’adolescence, pour peu qu’on soit un peu complexée ! Si il parle comme ça devant moi, c’est que moi je ne suis pas bais*ble !
Je suis hors jeu quoi ! Et puis qu’est ce qu’il veut que je lui réponde ? Oui oui tu as raison, et comme tu en parles avec poésie !

Encore une fois, passe encore quand on est jeunes ! Les hormones en ébullition, ça va passer. Les garçons bien élevés vont finir par comprendre que ça ne se fait pas.

Tu parles Charles !

Quand les potaches ont passé la trentaine, voire la cinquantaine c’est carrément pathétique !

L’été dernier j’étais à un pique-nique avec Gwenaël et d’autres amis. Arrive une jeune femme dans la trentaine accompagnée de ses 3 enfants. Un des trentenaires, n’a pas arrêté de la taquiner, de faire des sous-entendus durant deux heures haut et fort. C’était parfois drôle, moi j’ai trouvé ça débile. Un trentenaire dans la cour du lycée. Après le départ de la jeune femme, le type a fait un discours pour soupeser ses chances de la séduire !

Après j’ai dit à Gwenaël (qui sait que je n’aime pas les potaches) : je comprends que l’on ait envie de parler à une jolie fille, de la connaître ! Mais pas de cette façon ! En plus il ne sait rien d’elle ! Elle est peut-être en couple, ou n’a pas envie de l’être, bref c’est très gamin ! 

Mais il y a pire ! Les vieux moches, chauves, bedonnant qui sont potaches !

Le tonton dans une communion qui fait des commentaires sur la plastique de la première communiante. Les papys imbibés qui croient que la jeune fille leur a fait un clin d’œil.

Plus jeune je les remettais à leur place, mais on me répondait que j’étais coincée ou jalouse. Non je ne suis pas coincée.
Et jalouse de quoi ? Je n’ai pas envie de plaire à des vieux moches, bedonnant !

Toujours pire : dans le monde du travail !

Je me souviens d’un grand colloque, une salle avec 150 personnes environ. Une chef présente son équipe et dit : voici Mme X qui s’occupe du secteur Y. Mme X se lève, une belle femme. Deux débiles de 40 ans crient : WAOUW !
Puis voici Mme W qui s’occupe du secteur A. Elle se lève, une autre belle femme : RE WAOUW s’écrient les deux débiles !
Puis leur assistante, Mademoiselle P. La jeune fille est devant moi. Le visage ingrat, grosse, elle n’a pas osé se lever et on la comprend !

Si j’avais été la chef de ces deux débiles, je les aurais convoqués dans mon bureau aussitôt après le colloque pour leur expliquer qu’on était dans le monde du travail, et pas dans la cour du collège !

Idem pour mon travail actuel. Une commission où les membres sont de vieux moches, grisonnants, bedonnants, que des hommes pour la plupart. Ils auditionnent des avocats et leur clients. Pour peu que l’avocate soit une belle femme, dès qu’elle est partie les commentaires fusent. Parfois l’un deux lorsqu’il va aux toilettes revient en disant aux autres qu’il parlait avec Ludivine avec un sourire entendu !

Mon chef n’aime pas ça, mais ne leur dit jamais rien. Quand parmi les membres il y a une femme, ils se retiennent. Mais une collègue qui rédige les PV m’a dit un jour qu’ils le faisaient devant elle, voire lui demandaient son avis. Forcément elle rédige les PV, ce n’est pas une ” vraie ” femme !
Et tout comme moi elle disait : mais qu’est-ce que tu veux que je leur réponde ?

Heureusement depuis le nombre de membres a augmenté de 6 et la parité est exigée. Il y a des femmes dans la commission, des femmes intelligentes, cela a relevé le niveau !

Alors aujourd’hui on parle de sexisme et on dénonce tout cela !

J’en suis ravie ! Bien sûr beaucoup vont vous dire que c’est exagéré, tout comme le féminisme a peut-être été exagéré !

Et alors ? Toutes les révolutions ont été exagérées au départ ! L’important c’est qu’il en reste quelque chose !

J’avais bien aimé la pub de lutte contre le viol : ce n’est pas parce qu’une fille est s*exy qu’elle a envie de vous !

Une femme n’est pas un objet dont on peut commenter les formes, ce n’est pas une proie à lever, un gâteau dans une vitrine, pour elle tout ne tourne pas autour de la dra*gue, du se*xe, elle a quitté le collège depuis un bail !

Voilà mon coup de gueule du jour !