gagne_petit.jpg

Gagne petit ! J’adore cette expression inusité aujourd’hui.
Il y avait même à Petite Colline une mercerie qui s’appelait Au Gagne Petit, je ne savais pas ce que ça voulait dire, mais je trouvais ça joli.

J’y pense quelquefois, je me dis :

L__Epicerie.jpg

Nous sommes des gagne petit, la preuve j’ai toujours eu de vieilles voitures. Non pas des traîne misère, ni des crève la faim.

Nous ne sommes pas nés avec une cuillère en argent dans la bouche,

Juste des gagne petit. Mais gagne petit, c’est bien, c’est mignon, nous ne rêvons pas de château en Espagne, et nous sommes déjà bien contents de gagner… petit. Et nous savons que nous ne gagnerons jamais gros, mais nous restons entre gagne petit.

Nous ne semons pas les pièces, car nous savons qu’elles ne repoussent pas. Et nous ne trouvons pas non plus d’argent sous le sabot d’un cheval, ça se saurait.

Personne ne se rue vers l’or. Non, nous sommes bien dans nos village en pierre, avec nos arbres qui nous font de l’ombre, et les concours de pétanque l’après midi.

Ils gagneront petit aussi, les gagnants du concours, qui une bouteille, qui un bloc de foie gras.

Et quand nous parlons de loto, nous gagnons petit aussi, rien à voir avec la grosse boite de jeux du bar tabac.

Non au loto du village, nous gagnons un four, une cave à vin (de quoi remplir la cave, pas la cave elle même mais ça s’appelle comme ça,). Nous gagnons un VTT pour le petit dernier. Nous gagnons petit mais nous sommes tous contents.

Et quand nous allons à l’épicerie, ou à la mercerie, nous gagnons petit aussi. Nous avons fait quelques économies sur le beurre, la crème fraîche, le café. Nous sommes contents car nous avons gagné un peu… Petit mais c’est toujours ça.

Et c’est peut être ce que voulait dire la mercerie de la promenade. Les clients gagnaient petit. Et elle gagnait petit aussi, elle n’a jamais cherché à faire fortune la brave dame.

Quand j’ai lu ce livre célèbre qui parle d’une mercière, j’ai aussitôt imaginé cette mercerie.

republique.jpg