Je n’ai jamais perdu le moindre parapluie. Par contre j’en ai trouvé beaucoup, le plus souvent des mini noirs pliants, le genre que je n’achète pas (pas assez solides) j’ai une préférence pour les parapluies cannes. Ils sont plus solides et on ne peut pas les oublier.
Actuellement j’ai 4 parapluies chez moi : 2 cannes et 2 pliants noirs trouvés dans le train. J’ai 2 parapluies dans ma voiture, 1 canne trouvé au bureau et 1 XXL hyper costaud plus adapté à la campagne vu l’envergure.
1 parapluie pliant dans le tiroir de mon bureau pour la pause méridienne que je n’utilise jamais.
2 parapluies dont je me suis lassée restent en permanence à la Sauvageonne.
Vous savez quoi ? Le plus souvent je ne prends pas de parapluie ! Même si je vois qu’il pleut en sortant de chez moi. J’ai souvent des manteaux à capuche, ou alors je me dis que je ne vais pas loin…
Il faut vraiment que ce soit le déluge pour que je me décide à m’encombrer d’un parapluie !

Quand nous étions petits et que nous croyions au père Noël, nos parents (enfin surtout ma mère) nous disaient que les pères Noël devant le Printemps dans la rue étaient des ” faux “.
Logique au fond : d’abord qui pourrait croire à un jeune père Noël avec une barbe en coton ? 
Et puis si on en croit la légende personne ne voit jamais le père Noël sinon où serait la magie ?

C’est ainsi qu’un jour je me promenais avec une amie et son petit frère, j’étais encore à l’école mais à un âge on y croit plus. Le petit frère a parlé du père Noël devant le Printemps (encore lui) j’ai dit ” ceux là sont des faux, père Noël “ 
L’amie m’a dit Chuuuuut… en me précisant que le petit y croyait encore… Euh oui je m’en doutais qu’il y croit…
Mais les parents ne lui disent pas que le jeune avec une barbe en coton n’est pas le vrai ?

À l’époque où mes filles étaient à la crèche il était de coutume de faire venir un faux père Noël pour distribuer des cadeaux. Benjamin avait Artémis dans les bras et avait voulu la mettre dans les bras du père Noël. La petite terrorisée a poussé des hurlements de terreur !

Un collègue avait vécu la même chose, fête de la crèche, faux père Noël, puis après la distribution des cadeaux les parents boivent un verre. Il entend sa fille lui dire :
- Tu as vu le papa il a la même montre que le père Noël tout à l’heure ! 

Je me souviens d’un blogueur qui riait de mes villes factices ” on dirait du contre espionnage ” et d’un autre qui se demandait pourquoi je m’obstinais ainsi à ne pas nommer les villes. Les personnages les blogueurs comprennent je ne suis d’ailleurs pas la seule à le faire.
D’aobrd dans un souci d’anonymat, j’étais plus parano dans mes débuts bloguesques. Maintenant moins, je doute que l’on me traque… même si j’ai connu des dragueurs en ligne très insistants mais c’est une autre histoire… D’ailleurs j’ai cité souvent le vrai nom de Ville Natale. 
Mais c’est surtout pour l’histoire. Pour moi l’important c’est l’histoire pas les lieux. L’essentiel est de situer où l’histoire a lieu, ville grande ou petite, campagne, montagne. Le nom des lieux on s’en moque. J’aurais voulu écrire ” L’écume des jours “. Avez-vous vu un nom de lieu dans ce livre ? 
Bref tout ça pour dire que je me suis parfois creusée la tête pour trouver des noms de villes, d’autre fois emportée par mon élan de narratrice de longs billets j’ai cédé à la facilité. Quand je relis mes billets je ne suis pas contente de Petite Ville du Sud et Grande Ville du Sud. Je vais donc les changer et tant pis si les petits malins y verront des indices (ce n’est pas une devinette).
Je ne vais pas corriger tous mes anciens blllets bien sûr, mais si je tombe par hasard sur ces noms, je modifierai. 
Ce sera donc Cadurcy et RosevilleduSud…