fete.JPG
 

Quand vous êtes jeune, ou même dès la primaire pourquoi pas, vous repérez vite ceux et celles qui ont un don d’organisation. Ce ne sont pas forcément des meneurs, mais ils sont populaires et extravertis. Celle qui veut organisr un après-midi jeu et un goûter pourle dernier jour de classe et tout le monde applaudit. Celle qui se démène pour organiser la première boum l’après midi, loue la salle paroissiale et ose aller inviter les garçons d’une autre classe.

Celui qui a l’idée de faire une sortie bowling ou piscine à l’âge où on sait juste glandouiller, fumer et boire appuyés sur le flipper du café du coin qui est notre deuxième maison.
Timide, mais ayant toujours eu envie de bouger et de découvrir, j’admirais ces personnes qui savaient organiser. Camomille était l’une d’elle, et ses copines lui doivent bien des soirées et bien des rencontres.

À la maison de campagne, Laurent était aussi très fédérateur. À l’âge où nous n’avions pas le permis, il organisait des soirées cinéma à la petite ville de province. Il choisissait un film grand public, et arrivait à convaincre deux couples de parents amis, comptait le nombre de voitures et le nombre de passagers jeunes et vieux. Sans lui nous serions restés au coin du feu dans l’une de nos maisons, à passer toujours les mêmes soirées. Plus tard nous avons continué les soirées cinéma avec nos propres voitures. C’est lui aussi qui savaient où était la prochaine fête foraine et nous avons passé des soirées inoubliables. Ces organisateurs ont aussi une grande qualtié, ils ne laissent jamais personne de côté. Grace à eux on rencontre toujours de nouvelles têtes, que l’on revoit à la soirée suviante.

Autant dire que les organisateurs nés sont une mine d’or pour les timides. Mais pas seulement : les suiveurs, les profiteurs, les exigeants, les râleurs sont attirés par la lumière !

Les années ont passé et j’ai aussi enfilé le costume d’organistatrice, comme quoi je devais aussi avoir un don. Là aussi cela commence jeune quand on organise son propre anniversaire, 20 ans ça se fête, puis son propre mariage. Quel que soit le thème, l’enjeu, organiser, c’est toujours organiser. Camomille organise des dîners, ou des soirées à thème, j’ai un ami qui organise des soirées jeux, j’organise des soirées dansantes et des dîners à thème et bien sûr avec Sors de ton trou, nous sommes tous des organisateurs plus ou moins doués.

J’ai également travaillé dans la communication et j’ai bien vite constaté que les gens quel que soit leur âge ont besoin qu’on leur tienne la main !

Je déteste également laisser des gens de côté. Tout le monde est le bienvenu et je refuse d’entendre les histoires des maternelles, Machin ne supporte pas Truc, ou je ne viens pas si il y aBbidule (et de la part de quinqua, mais si mais si) je réponds invariablement : tu n’auras qu’à siroter ton verre dans le coin de gauche derière le palmier, et Bidule ira dans le coin de droite derrière le radiateur !

Mais organiser c’est commencer par inviter. Et là il faut savoir que sur 10 invitations il y en aura au moins trois qui ne seront jamais lues ! Depuis l’avènement de Face de Bouc c’est fou le nombre de gens qui ne lisent plus leur méls ! Quoi d’autre ? Ah oui Face de bouc justement ? Idem, ils lisent et se promettent de répondre plus tard et ne répondent pas. Il y a aussi ceux qui lisent en diagonale. C’est ainsi qu’un ami qui m’avait répondu ” oui ” pour ma soirée d’anniversaire, persuadé que ce serait à Ville Natale s’est aperçu le jour même qu’il y avait 30 km de plus à faire ! Heureusement que ce n’était pas à Deauville. Le pire c’est qu’il me l’a même dit en arrivant ! Euh… Ben il faut lire les invitations !
Idem pour la date… C’est quand déjà ? Comment ça ” à samedi” il y a quoi samedi ?

Lorsqu’on organise très souvent, même si c’est un événement annuel comme la fête des voisins, cela devient vite un dû. Mais pourquoi tu ne le fais pas cette année ? Je n’ai pas eu l’invitation ?

Quand je me contentais de donner l’information sur une soirée hebdomadaire, histoire de ” lancer le lieu “, dès que j’arrêtais j’avais des réclamations : ce n’est pas marqué sur le site !  Non ce n’est pas marqué mais la soirée a lieu toutes les semaines au même endroit, vous n’avez plus besoin de moi pour y aller !

Une fois sur place il y a aussi les râleurs : trop petit, trop grand, mal fichu. L’ami qui organise les jeux se démène pour trouver un bar qui accepte beaucoup de monde, n’est pas regardant sur les horaires ou le bruit, mais certain lui disent de changer d’endroit car un serveur ne leur plait pas ou que le parking est trop loin.

Pour les soirées à thème avec déguisement, (style soirée plage ou même les lunettes de soleil suffisent), je dis toujours que rien n’est obligatoire, chacun fait ce qu’il veut. Mais certains viennent me voir pour se justifier : ” j’avais pas envie ” ou au contraire critiquent mes idées. Lors des soirées resto il y a toujours mieux… Moi j’en connais un mieux : mais pas de problèmes, mon petit gars, organise, organise !

Au bout d’un moment j’ai fini par me lasser de ce costume d’organisatrice. J’en ai eu assez de répondre toujours aux mêmes questions, de me démener pour si peu de personnes. Une soirée réussi une année peut faire un flop l’année suivante, les gens sont vite blasés. J’ai un peu levé le pied. Et parmi les organisateurs que je connais, je ne suis pas la seule à m’être lassée. Comme disent certains ” dès qu’on fait de l’humain ça deivent vite la galère “.

J’ai gardé mon don bien évidemment, mais il est réservé à des gens plus proches, à des événements plus privés.

Des années après, on me dit encore : Ah qu’est ce que c’était bien quand tu organisais ! Mais personne ne s’est proposé pour prendre le relais !

J’ai gardé le meilleur pour la fin :
Le plus incroyable là dedans, c’est qu’on ne vous aime pas plus pour autant ! Vous n’êtes l’ami de personne, à quelque exception près ! Et si on oublie pas de vous demander ” à quand la prochaine ? ” on peut très bien vous oublier, vous !
Des petits groupes se forment, ils font une soirée bowling mais personne ne songe à vous convier. Vous prenez tout le monde en photo, les gens utilisent vos photos comme je l’ai déjà expliqué dans un billet (en découpant leur tronche, car les autres on s’en fout) mais personne ne vous propose de poser avec vous. Tout le monde vous connaît, mais tout le monde s’en fout. Vous ne laissez personne de côté, mais on vous laisse de côté sans scrupules.

Un peu comme les dames patronesses qui faisaient de bonnes oeuvres, avaient leur pauvres, on ne les aimait pas plus pour autant.

Pour ma part, je n’ai jamais fait cela pour me faire aimer, mais pour m’amuser.
Mais j’en ai vu être terriblement blessés par l’ingratitude des gens. Si vous dépendez su regard des autres, si vous n’avez pas un solide réseau de vrais amis, si vous vous êtes laissés éblouir par les feux des projecteurs (être la personne que tout le monde connaît peut vite monter à la tête) la chute sera dure !

Ce n’était pas une drogue pour moi, heureusement, mais je coinçois que cela puisse le devenir.

C’est un costume facile à enfiler, car le monde est plein de suiveurs, de grands enfants, de timides. Mais il faut l’enfiler en toute connaissance de cause !